Vous êtes dans : Accueil > A la Une > L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort soutenue par le Fonds social européen

L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort soutenue par le Fonds social européen

Depuis 2008, le fonds social européen contribue à hauteur de 100 000 euros par an à soutenir l’accompagnement de 60 jeunes sur le Territoire de Belfort.

L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a été créée en 2006. Elle intervient auprès d’un public très défavorisé, des jeunes de 18 à 25 ans qui, du fait de difficultés sociales, ont quitté le système scolaire sans qualification. Ce sont donc des personnes qui connaissent un risque élevé d’exclusion. En relation avec des partenaires extérieurs tels que Pôle emploi, les missions locales, les organismes de formation ou encore les services d’insertion et de probation, l’action consiste à redonner une chance à ces personnes désireuses de renouer avec les savoirs et le travail.

L’école de la deuxième chance propose donc divers ateliers de remise à niveau en petits groupes sur les savoirs de base. Ce sont des ateliers de mathématiques, de français mais aussi des ateliers plus innovants comme l’écriture d’un journal. L’accompagnement se déroule en plusieurs temps ce qui permet au stagiaire de définir progressivement un projet professionnel, de le tester, de le confirmer en rencontrant des acteurs de l’entreprise et en réalisant des stages.

L’accompagnement est construit sur mesure en fonction des progrès du stagiaire. Celui-ci a la possibilité de bénéficier d’un accompagnement allant jusqu’à 50 semaines de cours, de stages et d’entretiens individuels. Les temps de groupes alternent donc avec des temps plus individualisés. C’est justement sur ce point que le FSE est une réelle plus-value. Il permet en renforçant les effectifs et l’encadrement proposé aux jeunes au sein de la structure d’améliorer l’individualisation des parcours.

L’école de la deuxième chance affiche de bons résultats puisque 60% des jeunes bénéficiant de cet accompagnement progresse positivement vers l’emploi, principalement dans les secteurs de l’hôtellerie et du bâtiment.