Vous êtes dans : Accueil > A la Une > Les fonds européens en aide au développement d’une activité à l’échelle du Grand Est : la Minoterie Dornier et son projet BIONATUR lié à l’agriculture biologique.

Les fonds européens en aide au développement d’une activité à l’échelle du Grand Est : la Minoterie Dornier et son projet BIONATUR lié à l’agriculture biologique.

Dès 1975, la Minoterie DORNIER a mis en place une activité de production d’aliments biologiques du bétail sur le site de Bians-les-Usiers, en complément de la production d’aliments conventionnels qui existait depuis 1926. En 2004, constatant la fermeture de la grande majorité des usines d’aliments biologiques du bétail en Franche-Comté, Pierre Dornier a décidé de créer une usine totalement dédiée aux aliments biologiques sur le site de Bannans.

En 2006, c’est au tour des sites de collecte de céréales biologiques francs-comtois de fermer massivement. La Minoterie DORNIER lance alors le projet CEREDOR, qui a consisté à augmenter la capacité de collecte et de stockage des céréales fourragères mixtes (conventionnel et biologique) et du blé de meunerie sur le site d’Etalans.

En 2009, pour poursuivre sa stratégie qui consiste à développer les produits issus de l’agriculture biologique, dans une logique de circuits de proximité et au bénéfice d’un maximum de filières (lait, viandes, volailles), la Minoterie DORNIER décide de mettre en place un nouveau projet baptisé BIONATUR.  Retenu dans le cadre de l’appel à projets national « Avenir Bio », BIONATUR aura notamment permis, par l’augmentation des capacités de collecte, de stockage et de fabrication, de développer un partenariat avec un acteur majeur de la filière œufs biologiques du grand Est de la France, le groupe Bourgon.

BIONATUR s’est traduit par une série d’investissements spécifiques répondant aux objectifs suivants :

Il a également comporté un volet « immatériel » qui a consisté à embaucher du personnel supplémentaire : un ingénieur agronome et un technicien spécialisé, pour accompagner le développement de l’activité liée à l’agriculture biologique.

Au total, le projet BIONATUR aura coûté un peu plus de 579 000 €, dont 349 000 € d’investissements matériels. Le FEADER a apporté un soutien de 34 900 € aux investissement matériels.

Minoterie DORNIER à Bannans - © Samuel CARNOVALI

Minoterie DORNIER à Etalans - © Samuel CARNOVALI