Vous êtes dans : Accueil > Réalisations en Franche-Comté > Focus et exemples > Réalisations financées au titre du FEDER > L’ingénierie cellulaire régionale réunie sur un même site

L’ingénierie cellulaire régionale réunie sur un même site

Ingénierie biocellulaire Ingénierie biocellulaire - © David Cesbron

Afin de rassembler sur un même site des compétences dans le domaine très prometteur de l’ingénierie cellulaire et des nouvelles technologies de qualification, l’Établissement Français du Sang Bourgogne Franche-Comté a créé en 2007 un pôle d’excellence : l’Institut de Bio Ingénierie de Franche-Comté (IBFC). Cet institut réunit les équipes du CHU de Besançon, les sociétés GenProbe et TxCell et l’Unité mixte de recherche UMR 1098 (Université de Franche-Comté, Inserm, EFS) au sein des locaux de l’EFS.

Pour garantir la réussite de ce projet, l’EFS a investi pour restructurer son bâtiment. Grâce à l’optimisation des espaces, à la rénovation de certaines salles et au réagencement global, près de 600 m2 ont pu être dégagés pour installer l’ensemble des équipes de recherche et créer deux salles blanches. Les fonds européens accordés à ce projet financent les deux salles blanches ainsi que la partie recherche pour le renfort des équipes de chercheurs, le matériel et les consommables nécessaires aux expérimentations.

Concrètement, les recherches se concentreront sur le pôle de micro-technologies avec notamment :

Cette nouvelle filière de développement des microtechnologies vers la santé grâce aux outils innovants de qualification des produits de thérapie cellulaire offrira des débouchés à terme et permettra la création d’emplois.

Des micro-laboratoires embarqués pour l’analyse microbiologique des produits et échantillons sanguins verront le jour et intéresseront spécifiquement le secteur transfusionnel pour l’immuno-hématologie, le contrôle ultime, l’analyse des produits sanguins labiles, la microbiologie, les maladies infectieuses… Une fois développées, ces technologies de pointe pourraient être adaptées à d’autres domaines d’activités comme l’agroalimentaire ou encore le contrôle qualité de l’eau.

L’Union Européenne a mobilisé 1,1 M sur ce projet d’un coût total de 2,6 M.